Porter la barbe au Japon : tabou ou osé ?

Porter la barbe au Japon

Si vous êtes amateur de films de Samouraïs, peut-être aurez-vous remarqué un détail qui peut paraître insignifiant, mais qui en dit long sur la société japonaise : la majorité des acteurs arbore une impressionnante pilosité faciale. Il n’y a qu’à voir l’opulence de la barbe de Toshiro Mifune dans Les Sept Samouraïs ou encore la barbiche de Ken Watanabe dans Le Dernier Samouraï. Pourtant, vous verrez très peu d’hommes à barbe dans les rues de Tokyo, Kyoto ou Osaka. En effet, la barbe que nous affectionnons tant est très mal vue au Japon. Elle symbolise la violence, l’esprit rebelle et reste, encore aujourd’hui, interdite dans de nombreuses entreprises. Comment la barbe, autrefois symbole de puissance, a fini par être bannie de la société nippone ? On vous propose de découvrir la passionnante histoire de la barbe au Japon.

La barbe : symbole de puissance devenu symbole de violence

Même si la barbe est honnie de nos jours, cela ne fut pas toujours le cas. En effet, du Moyen Âge japonais jusqu’à la période Edo, c’est-à-dire du 12ème au 17Ème siècle, le hyge (barbe en japonais) était un symbole de puissance et de prestige. Les seigneurs et Samouraïs se devaient d’en porter une afin d’asseoir leur autorité. Il est même rapporté que certains hommes de pouvoir, imberbes, portaient des moustaches et barbes postiches. Tout change lorsque le Japon connait une longue période de paix intérieure grâce au Shogunat Tokugawa. La guerre n’ayant plus lieu d’être, les seigneurs symbolisent leur pacifisme en se rasant de près jusqu’à ce que le gouvernement finisse par interdire entièrement le port de la barbe. Seuls les rebelles, les peuples « barbares » comme les Aïnous et les étrangers portent encore du poil au menton. Lorsque l’époque Edo prend fin, en 1867, la moustache tente un comeback remarqué, notamment en la personne de Nagaoka Gaishi, général de l’armée impériale japonaise connu pour avoir porté la deuxième plus longue moustache du monde (50 cm). Mais la mode ne prend pas et, aujourd’hui encore, un homme respectable est un homme au visage glabre.

La barbe en voie de démocratisation ?

On aurait pu croire qu’au 21ème siècle, la barbe retrouverait ses lettres de noblesse dans la société nippone. En effet, celle-ci est plus vue comme un accessoire de mode que comme un signe de pouvoir. Malheureusement, il n’en est rien. Même dans les rues de Tokyo, capitale de la mode japonaise comme le souligne Veillon, les hommes à barbe se font encore rares. Cela vient du poids énorme de la société. Les Japonais regardent d’un mauvais œil les personnes fières de leur pilosité faciale. Celles-ci se voient non seulement refusées de nombreux emplois, mais se font également traiter de « gaijin » (étranger) dans la rue. C’est pourquoi seule une petite minorité ose le port de la barbe ou de la moustache. Ces hommes travaillent généralement dans des bars, des clubs, ou encore comme artistes à l’instar de Takashi Murakami ou Hiroyuki Sanada. Heureusement, les mentalités commencent légèrement à évoluer. Noboru Nakamura, facteur de son état, a porté plainte en 2008 contre son employeur qui souhaitait le forcer à raser sa moustache. En 2012, deux conducteurs de métro d’Osaka réclamèrent 2,2 millions de yens (plus de 17.000 euros chacun) de dommages et intérêts pour souffrance psychologique et bonus manqués alors que l’agence de transports publics avait interdit le port de la barbe aux employés.

Et si vous vous rendez prochainement au Japon, ne vous inquiétez pas : les étrangers portant la barbe sont tout aussi bien accueillis que les non-barbus !

Trucs de mec
Ecrit par : Trucs de mec
Chaque jour ou presque Trucsdemec.fr vous fait découvrir des nouvelles marques (de mode ou cosmétique), des conseils, des bonne adresses, des bon plans et jeux concours.